TONTONS ZINGUEURS ET FLEURS DU ZINC

 

Du café de Pagnol à celui de Flore, le bar est devenu le lieu emblématique d'une ville où s'entrechoquent les verres, les cultures, les points de vue et les individus. Il est le poumon d'un quartier et vit au rythme des habitudes, des rencontres fortuites et de ces "petits riens du grand tout". Rien ne s'y passe. Tout s'y passe. Sans mise en scène, il devient le théâtre d'événements où les acteurs vivent l'instant, intensément, comme protégés du temps qui passe, à l'abri du flot irrésolu qui les emportent.

 

Théâtre ? Instant ? Hic et Nunc...

 

Il n'en fallait pas moins pour que Maya Angelsen ait l'envie de venir poser son décor, un simple drap noir suspendu dans la brasserie de son quartier et de proposer aux personnes de passage de venir prendre la pose : un décor pour interpeler, pour provoquer la rencontre. Le reste n'est que lien humain, affinité, échange, confiance, bienveillance, respect, lâcher-prise.

 

De ces studios éphémères sont ressorties une série de portraits ... En voici quelques exemples...

 

Renaud Moignard